Author Archives: Valentin

Forte hausse de la collecte 2012 pour Starquest

Dans un contexte incertain et alors que plusieurs fonds annoncent une baisse de leur collecte, les performances de Starquest Capital en termes de collecte et de nouveaux investissements sont en forte hausse sur l’année 2012.

“Investir en entrepreneurs et non en financiers” et “faire abstraction de l’avantage fiscal” : voilà deux principes qui réussissent à Starquest depuis sa création en 2008. Année après année, le succès ne se dément pas ; alors que certains fonds de capital-risque rapportent une baisse significative de leur collecte en 2012, en particulier au dernier trimestre, Starquest bat comme chaque année son record de souscription.

Progression de la collecte ISF-PME et des nouveaux investissements

Progression de la collecte ISF-PME et des nouveaux investissements

Cette progression de la collecte ISF-PME de 61% en 2012 permet à Starquest de prendre des participations dans 18 nouvelles entreprises (le double de 2011) dont 5 au seul dernier trimestre. La liste définitive de ces 5 nouvelles participations sera révélée dès début janvier. Une partie de la collecte reste en outre disponible lors de chaque campagne pour réinvestir dans nos participations les plus prometteuses afin de les accompagner dans la durée : 13 retours en portefeuille ont été effectués en 2012.

Xavier Sillon (Vodeclic) sur BFM Business

Mardi 18 décembre, lors de l’émission Good Morning Business, Stéphane Soumier a reçu Xavier Sillon, président de Vodeclic, sur BFM Business. L’occasion d’annoncer le lancement de la plateforme anglophone de Vodeclic et d’évoquer l’état actuel du marché de la formation à la bureautique.

Visimmo 3D organise un premier tour

Article paru sur CFnews – actualités et annuaires du Corporate Finance

L’éditeur parisien d’une plateforme pour salons virtuels lève 500 K€ auprès de Starquest, lead, Victoria Partners et la plateforme de financement participatif Anaxago, se valorisant 1,7 M€ selon nos informations.

“En cherchant 500 K€, nous étions en plein dans l’equity gap, ce fossé de financement entre interventions de business angels et de fonds d’investissement. Pour être sûr d’atteindre cette somme, j’ai préféré multiplier les démarches, pour finalement réunir un tour de table relativement diversifié”, explique Laurent Soubrevilla, fondateur et p-dg de Visimmo 3D. Au terme de cette recherche d’investisseurs réalisée directement, l’éditeur parisien d’une plateforme permettant d’organiser des salons professionnels virtuels ouvre son capital au fonds fiscal Starquest Capital pour 250 K€, accompagné de Victoria Partners (150 K€) et de la jeune plateforme de financement participatif Anaxago (100 K€). Selon nos informations, ces nouveaux actionnaires entrent à près de 30 % du capital, valorisant la start-up autour d’1,7 M€.

Un modèle mixte, service et solution Saas

Fondée en 2007 par trois associés dont le P-dg Laurent Soubrevilla (photo ci-contre), la jeune entreprise innovante se positionnait à l’origine uniquement comme une société de services, fournissant à des entreprises des supports 3D pour leur communication. “La croissance était au rendez-vous mais je voulais avoir une activité mixte, avec d’une part le service et d’autre part notre propre solution”, explique le dirigeant de la JEI soutenue par Oséo et par le dispositif francilien Pm’up.

700 K€ de chiffre d’affaires en 2012

Depuis son lancement il y a deux ans, la plateforme 3D Events a déjà permis la réalisation d’une trentaine d’évènements. Dans ce modèle Saas, les organisateurs clients sont facturés en fonction de la taille et de la durée de leurs salons. Bénéficiaire, la start-up d’une quinzaine de personnes vise 700 K€ de chiffre d’affaires cette année. Pour accélérer, elle va dans un premier temps renforcer sa force commerciale, avant d’exporter sa plateforme en 2014 dans les pays du nord de l’Europe.

Retrouvez l’article dans son contexte d’origine sur CFnews :
Visimmo 3D organise un premier tour

Interview : Aymeric Malherbe, fondateur de Typlume & Graphine

Quelle est la bonne idée dans Typlume & Graphine ?

Typlume et Graphine est un laboratoire de technologies de personnalisation et de narrativité augmentée. Pour commencer, T&G a créé La Vie De Mon Doudou qui propose des livres personnalisés qui mettent en scène le doudou des enfants, ensuite Trombinabulle qui propose des produits dont les enfants sont le héros et qui a été la première technologie client de personnalisation. Depuis la société fait évoluer la technologie de manière à démocratiser l’offre de personnalisation, le premier pas a été d’isoler la technologie des plateformes de manière à ce qu’elle puisse être appelée depuis différentes sources (actuelles discussions avec Amazon, Chroniclebooks et Hachette), puis d’étendre la gamme de produits personnalisables (textiles, digital, apps, Facebook…) et enfin de proposer l’ensemble de notre savoir-faire aux agences de communication et maisons d’édition.

Comment en êtes-vous arrivé à créer cette entreprise ?

J’ai été élevé par mes deux parents qui m’ont donné le goût du travail et de la découverte, m’ont appris à avoir confiance en moi et m’ont enseigné la tolérance, le partage, l’importance de s’élever soi, et les autres. Mon amour des mots me vient d’une prof de français du collège, ma passion de l’art de mes grands-parents.

Ces différents penchants m’ont valu un parcours assez atypique : après le bac, je suis passé par une fac d’histoire de l’art, une école de communication et les Beaux-arts de Paris. Je me suis ensuite occupé d’une troupe de danse contemporaine pendant 3 ans ; j’y ai appris à gérer un budget, des dates et des egos ! Au début des années 2000, à 28 ans, je m’oriente dans le multimédia. Concevoir des CD-ROM Multimédia synthétise tout ce que j’aime : graphisme, pédagogie et narration (j’ai toujours écrit des contes pour enfants). Je deviens ensuite formateur dans ces domaines ; j’enseigne, parfois à l’étranger, sur tous les sujets : informatique, histoire de l’art, sémantique…

En 2007, au moment de Noël, j’ai l’idée de concevoir et faire imprimer pour mes neveux des livres qui mettent en scène leurs doudous. Ils sont hystériques et me demandent des suites ! Sandrine, ma compagne que j’ai rencontrée un an plus tôt, s’engage avec moi dans le projet. Elle a une véritable expertise sur la narration, la rédaction. Elle a plus les pieds sur terre que moi. Nous créons La Vie de mon Doudou.

Qu’est-ce qui a rendu nécessaire une levée de fonds ?

L’investissement nécessaire dans la R&D sur un projet innovant à fort potentiel et le besoin de ressources commerciales.

Comment avez-vous rencontré Starquest ? Pourquoi avoir choisi ce fonds ? Comment se sont passées les premières étapes de votre relation avec l’équipe de gestion ?

J’ai rencontré le fonds grâce au goût de l’entreprenariat partagé par le Réseau Entreprendre (dont la société est lauréate) et Starquest. Un ancien chargé d’affaires du réseau est devenu chargé d’affaire du fonds.

Et de mon  point de vue, les points communs positifs entre les deux sont très nombreux et absolument nécessaires à la dynamique entrepreneuriale.

Pour vous Starquest c’est du capital mais surtout… ?

De l’humain, du challenge,  du réseau, de l’accompagnement et de la vision.

Où voyez-vous votre entreprise dans 5 ans ?

Acteur incontournable de l’offre personnalisée pour nos marques et au service d’autres pourvoyeurs d’histoires.

Starquest accompagne Aymeric, Sandrine et Typlume depuis juin 2012.
Cette interview a été réalisée avec l’aide de notre partenaire Human Equity

Ludovic Deblois (Sunpartner) était sur BFM Business

Après avoir remporté le 24 octobre dernier le Prix de l’Entreprise d’Avenir, Sunpartner poursuit son superbe parcours. Ludovic Deblois, son co-fondateur, était interviewé par Nathalie Croisé dans l’émission Green Business sur BFM Business.

“Sunpartner quitte la phase de capital-risque pour entrer dans la phase de capital developpement.”