Category Archives: Succès

SunPartner transforme les vitrages en panneaux solaires (Les Echos)

Après les panneaux d’affichage et les smartphones, SunPartner s’attaque au marché des vitrages pour les transports et l’habitat. La start-up aixoise a présenté mercredi, à Paris, sa dernière technologie, Wysips Glass, qui permet de transformer une vitre ou un hublot en panneau solaire transparent. Le principe de base est le même que celui qu’elle a inventé pour transformer les écrans des smartphones en source d’énergie. « Nous utilisons des matériaux photovoltaïques classiques, nous les transformons en microstructures et nous les rendons invisibles », explique Ludovic Deblois, cofondateur et directeur de SunPartner. Rien de magique là-dedans, mais une astuce venue de l’optique : c’est un réseau de microlentilles qui dévie la lumière pour masquer une fine grille composée de silicium.

Film polarisant

Le verre ainsi produit, d’une épaisseur de 500 microns, offre une transparence allant de 60 % à 90 % et un rendement moyen de 30 W/m2. C’est trois fois moins qu’un panneau solaire classique, mais suffisant pour alimenter de petites fonctions. Le premier produit, développé avec l’équipementier aéronautique rhônalpin Vision Systems, est un hublot qui s’obscurcit à la demande grâce à un film polarisant autonome en énergie.

Les vitres photovoltaïques de SunPartner pourraient également servir dans des immeubles, par exemple pour alimenter un store roulant ou un système d’éclairage. En revanche, le système ne produit pas assez d’électricité pour la redistribuer dans le bâtiment ou sur le réseau. La société, qui proposera sa solution sous licence, estime que la production de vitrages de 1 m2 sera possible à l’horizon 2015.

Source : Les Echos – Benoît Georges – 11/10

 

Le World Economic Forum distingue SunPartner Technologies

Ils sont trente-six « Technology Pionneers » que vient de distinguer le World Economic Forum lors du « Davos d’été » réuni à Dalian (Chine). Parmi eux : Sunpartner Technologies. Un titre reçu en leur temps par Google, Twitter ou encore Recyclebank…

Libérer l’innovation

C’est dans le futuriste et superbe centre des congrès récemment livré par le studio d’architecture Coop Himmelb(l)au, que le World Economic Forum, par ailleurs organisateur de la célèbre conférence de Davos, a réuni son meeting des New Champions 2013.
Du 11 au 13 septembre, plus de 1500 décideurs venus du monde entier ont échangé autour de quatre thèmes clés pour l’avenir de nos économies et de la planète : Transformer l’écosystème industriel, Libérer l’innovation, Bâtir la résilience sociétale, Connecter les marchés.
Un contexte on ne peut plus stimulant pour recevoir le titre de « Technology Pionneer 2014 », décerné à Sunpartner Technologies parmi dix entreprises dans la catégorie Énergie et Environnement. Seize autres sont distinguées dans la catégorie Information, Technologies et Médias, et neuf dans celle de la Santé et des Sciences de la Vie.

Croissance soutenable

Les « Technology Pionneers » sont triés chaque année sur le volet (des centaines de candidats) par un comité d’experts en innovation technologique, d’universitaires chercheurs et d’investisseurs en capital-risque.
La sélection distingue l’excellence dans cinq domaines : l’innovation, l’impact à moyen-long terme sur la société et l’économie, la croissance soutenable, la rencontre avec le marché, le leadership entrepreneurial.
« Les Technolgy Pionneers font partie de la communauté des pionniers, c’est-à-dire des perturbateurs et innovateurs du World Economic Forum. Ces nouveaux champions aident les autres membres du Forum à mieux comprendre le contexte futur vers lequel tant les entreprises que la société vont évoluer » note le communiqué de presse du WEF.

Hors du cadre mais dans le marché

De fait, en tant que spécialiste de l’ingénierie des NTE solaires et renouvelables, Sunpartner Technologies s’inscrit depuis ses débuts dans une démarche qui pense hors du cadre pour proposer les solutions les plus innovantes dans une perspective time to market. C’est d’ailleurs précisément avec un leader mondial basé dans la zone Asie-Pacifique, le chinois TCL Communication, que l’entreprise a signé récemment un accord de licence pour l’intégration de son composant Wysips® Crystal dans des écrans de téléphones mobiles.
Huit mois après avoir reçu le prestigieux titre de Nobel Sustainability Supported Clean Tech Company, « nous ne nous attendions pas du tout à cette distinction, sourit Ludovic Deblois, CEO de Sunpartner Technologies. Mais nous sommes très heureux de cette reconnaissance qui confirme notre vision, notre stratégie et tous nos efforts depuis la création de l’entreprise en 2008. C’est une belle récompense pour tous ceux aussi qui nous accompagnent et croient en nous : financeurs, partenaires et investisseurs. »

Source : http://sunpartnergroup.fr/

Diverchim récompensé par le Prix Pierre Potier 2013

Le palmarès du Prix Pierre Potier 2013 a été dévoilé le 10 septembre au Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, en présence d’Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement productif. A cette occasion, cinq innovations de la chimie en faveur du développement durable ont été récompensées. Diverchim, l’une des premières entreprises entrées dans le portefeuille Starquest en 2008, a été distinguée pour sa gamme de réactifs « Cyclopropane », plus respectueux de l’environnement, au service des industries pharmaceutiques et cosmétiques.

Le procédé Diverchim simplifie la fabrication de molécules thérapeutiques. La société a mis au point des intermédiaires – des motifs cyclopropanes fonctionnalisés – qui s’introduisent facilement dans la synthèse de molécules complexes. Ces réactifs sont obtenus par un procédé ne générant que de l’azote et le produit aisément isolable (ce qui économise des solvants organiques). L’innovation a déjà permis de proposer une synthèse alternative d’un traitement de l’insomnie. Les prix Potier, qui récompensent des démarches écoresponsables dans la chimie, ont aussi retenu cette année le polymère Rilsan HT d’Arkema, destiné aux applications à haute température. Seppic, filiale du groupe Air liquide, a également été distinguée pour un ingrédient biosourcé de formule détergente, et BASF pour son procédé de peinture de caisses d’automobiles en phase aqueuse.

Sur le Prix Pierre Potier :

Le prix Pierre potier a été créé en mémoire de la contribution scientifique capitale de Pierre Potier, chimiste et pharmacien qui a développé des médicaments anticancéreux en imitant les substances produites par les plantes. Le Prix, crée en 2006 par le ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie récompense les innovations chimiques qui contribuent au respect de l’environnement. Très apprécié par les entreprises, le Prix est devenu un label de référence pour les institutions et le marché industriel international, confortant ainsi la politique de développement des lauréats.

Sources : Usine Nouvelle « Diverchim reçoit un Prix Potier 2013 » 12/09/13 ; axelera.org ;

http://www.diverchim.com/

Réussite: Comment la PME SunPartner a conquis le géant chinois de la téléphonie mobile (Les Echos Business)

Le groupe chinois TCL va intégrer la solution de production autonome d’énergie dans ses portables. La PME d’Aix vient de lever 2,1 millions d’euros auprès du Crédit Agricole.

Bientôt la fin des chargeurs pour les smartphones de TCL Communication ? Après deux autres producteurs, le géant chinois de la téléphonie mobile classé numéro sept mondial, vient de signer une demande de test d’intégration du film solaire souple et transparent mis au point par la société aixoise SunPartner. « Ses équipes d’ingénierie vont évaluer notre technologie à des fins de production sous licence au premier semestre 2014 », indique Ludovic Deblois, président-fondateur de cette start-up considérée comme une des plus prometteuses des nouvelles technologies de l’énergie (NTE) solaire. Si les tests sont concluants, le film trouvera place sur plusieurs millions d’appareils haut de gamme vendus sous les marques TCL et Alcatel One Touch.

Pour se rendre quasiment invisible à l’œil, la technologie de SunPartner baptisée Wysips (« What You See is Photovoltaic Surface ») se fonde sur un réseau de microlentilles assemblées sur une couche mince photovoltaïque qui peut être intégrée sur ou sous l’écran tactile. Connecté à une puce qui convertit et gère l’électricité produite à partir de la lumière du jour, le film peut recharger l’appareil en quelques heures. Le composant est bon marché, moins d’un euro pièce, ce qui permet de réduire de 20 % la taille de la batterie.

33 brevets déposés par la PME !

Créé en 2009, le groupe a déposé 33 brevets pour protéger son invention et levé 9,1 millions d’euros en cinq manches. Le dernier – d’un montant de 2,1 millions d’euros – a été conclu ces jours-ci avec notamment le Crédit Agricole, la Société Photovoltaïque de l’Est et des « business angels » de renom, tels que Jean-Pierre Gloton, cofondateur de Gemplus. Une nouvelle augmentation de capital de 8 millions d’euros sera souscrite d’ici à mars prochain pour accompagner les développements internationaux et financer l’installation d’une ligne pilote pour la fabrication de préséries.

SunPartner vise un marché de près de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici à 2015. A cette date, l’industrie mondiale devrait produire 570 millions de smartphones dont la moitié au moins sera équipée d’un écran tactile, contre environ 10 % aujourd’hui. « Le film solaire leur sera indispensable », estime Ludovic Deblois.

Le nomadisme ne sera pas son seul marché. « Notre technologie trouve un débouché partout où se justifie le besoin d’une solution sans fil autonome en énergie, poursuit le patron, signalétique, affichage publicitaire, vitrage intelligent… », ajoute-t-il. La PME vient de signer un premier accord de licence dans ce domaine avec l’équipementier aéronautique Vision Systems, qui prévoit la mise au point d’un vitrage auto-obscurcissant pour les hublots d’avions, et serait sur le point de signer avec Schneider Electric un contrat de codéveloppement d’appareils autonomes pour le bâtiment comme les détecteurs incendie ou les thermostats.

Source: Paul Molga, Correspondant à Marseille pour Les Echos Business

Après les bijouteries de luxe, Néolux éclaire les caves de champagne (Les Echos)

Après les bijoux et le mobilier urbain, ce concepteur-fabricant s’intéresse au vin, qui déteste les UV.

L’utilisation de LED permet de supprimer les UV, responsable du « goût de lumière » que redoutent viticulteurs et oenologues. - DR

Le concepteur-fabricant d’éclairage LED Néolux (3,1 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012) s’invite dans les caves viticoles. Après une percée dans l’éclairage des bijouteries de luxe, des parkings, dans le mobilier urbain (JCDecaux, ThyssenKrupp, Thomas&Betts), les hôtels de luxe (Beachcomber), ou les musées (Lille, Blois), les LED s’ouvrent un nouveau marché. Cette entreprise de 35 salariés assemble ses systèmes d’éclairage dans son usine de La Chapelle-Vendômoise, près de Blois (Loir-et-Cher) à partir de LED importées.

Un éclairate sans chaleur

Eclairée par des lampes à vapeur de sodium et des tubes fluorescents, la coopérative de Nogent-L’Abbesse, près de Reims (Marne) subissait un quotidien contraignant. « Des lampes qui brûlent, une maintenance lourde et trop régulière dans une atmosphère humide : notre installation s’est détériorée au fil du temps », résume Didier Henriet, directeur de cette cave de champagne, qui a donc opté pour les LED. « La consommation électrique a été divisée par trois », remarque-t-il. Il s’agit de supprimer les UV, responsables du « goût de lumière » que redoutent viticulteurs et œnologues. « Le goût de lumière est une anomalie du goût du vin exposé à la lumière naturelle ou artificielle », explique Nicolas Pousset, physicien spécialiste de la colorimétrie et responsable de la R&D chez Néolux (8 personnes). C’est pour éviter ces notes chou-fleur et caoutchouc que la plupart des bouteilles sont vertes ou marrons.

« L’investissement initial est un peu plus élevé pour le viticulteur, mais les diodes électroluminescentes tiennent 50.000 heures. Elles ne dégagent pas de chaleur et ne modifient donc pas la température des caves », souligne Ludovic Labidurie, fondateur et dirigeant de Néolux. La gamme Vinéo de Néolux cible les autres maisons de champagne, mais aussi celles de bordeaux, de cognac, de bourgogne. La PME table sur une croissance de 50% en 2013.

Source: Les Echos, Mercredi 5 juin 2013