Tag Archives: sunpartner

Un nouveau projet de serres solaires pour SunPartner

Permettre à la filière microalgues sous serres d’exploiter son extraordinaire potentiel  de développement en minimisant ses coûts de production et son empreinte environnementale, tel est l’enjeu du projet Purple Sun de serre photovoltaïque pour microalgues (MPG). 

Purple Sun vise la mise au point d’un concept révolutionnaire de serre solaire permettant d’utiliser sélectivement la lumière pour combiner, de manière optimale, la production de biomasse algale par photosynthèse et la production d’énergie photovoltaïque. Cette nouvelle génération de serre solaire offrira un rendement élevé à des coûts réduits, permettant d’accélérer le développement de la filière microalgues. Ce programme de R&D vient d’obtenir un financement ANR global de 3M€ sur trois ans.

sunpartner

Le développement de la filière microalgues : un enjeu économique et un défi technologique

Dotées d’une croissance rapide, les microalgues ont la particularité de pouvoir produire des substances industriellement intéressantes. Déjà utilisées dans l’alimentation animale, les cosmétiques et les produits pharmaceutiques, les microalgues sont apparues ces dernières années comme une filière prometteuse pour la chimie verte (engrais, bioplastiques) et les bioénergies (biogaz et biodiesel). Ces micro-organismes photosynthétiques constituent en effet  une solution efficace pour le recyclage du CO2 et la production de biocarburants dits de 3ème génération.

Pour rendre cette filière compétitive, il faut en améliorer les bilans à la fois environnementaux et économiques. L’un des défis majeurs consiste à en réduire les coûts, notamment les coûts énergétiques. Le défi technologique est de pouvoir partager l’utilisation du rayonnement solaire en une partie optimale pour la culture algale et le reste pour produire l’électricité photovoltaïque requise par le procédé de production, en accord avec le concept de bio raffinerie.

Vers des serres photovoltaïques pour microalgues

Le consortium réuni dans le cadre du programme ANR Bio-Matières et Energie (Bio-ME) 2013 rassemble sept partenaires engagés dans une réflexion prospective au service de la filière microalgues. Leurs expertises s’appuient sur les techniques modernes de design et de pilotage des serres (INRA), et mobilise les compétences de spécialistes en microalgues (LOV et INRIA), en technologies photovoltaïques innovantes (Sunpartner Technologies et Armines), en calcul numérique et en étude d’impacts (ACRI et INRIA).

Ensemble, ils ont été plus loin en imaginant un nouveau concept de système de culture de microalgues à énergie positive, dont la vocation est d’utiliser sélectivement la lumière pour combiner la production de biomasse algale par photosynthèse et la production d’énergie photovoltaïque.

Déjà distingué en novembre 2013 par le Conseil Général des Alpes Maritimes, le concept de serre photovoltaïque pour microalgues (MPG) s’est vu remettre le prix spécial du jury des « Trophées Climat Energie ».

….. une rupture technologique

Des expériences préliminaires réalisées sur la microalgue Dunaliella salina ont démontré la pertinence de la technologie photovoltaïque « transparente » Wysips® (What You See is a Photovoltaic Surface) inventée et développée par Sunpartner Technologies (ayant reçu le prix « NOBEL Sustainibility Supported Clean TechCcompany 2013 »). En effet, l’utilisation de Wysips® permet à la fois de maintenir la productivité biologique aux intensités lumineuses moyennes et de réduire la mortalité aux fortes intensités, tout en produisant de l’électricité photovoltaïque.

Les développements technologiques du projet seront orientés selon leur coût et leurs impacts sur l’environnement. Le projet vise à déterminer et tester le design d’une solution photovoltaïque spécifique optimisant l’utilisation globale du spectre solaire pour les productions photovoltaïque et photosynthétique.

Des expériences seront menées pour mieux comprendre et maîtriser l’effet d’une lumière colorée (dépourvue de certaines longueurs d’onde) sur le taux de croissance des microalgues et leur bioaccumulation de composés énergétiques. À terme, l’objectif est de préparer la prochaine génération de composants photovoltaïques optimisés pour les serres. Les gains et les coûts seront évalués à l’échelle de la serre photovoltaïque pour microalgues (MPG) grâce à des outils numériques de simulation validés par les données expérimentales acquises dans des serres «preuve de concept».

SunPartner lancera son smartphone photovoltaïque en juillet prochain

L’entreprise aixoise vient de finaliser son sixième tour de table à 9,8 millions d’euros, portant sa levée de fonds totale à 19,9 millions depuis sa création en 2008. En juillet prochain sera commercialisé par Atelier Haute Communication associé à TagHeuer, son premier smartphone photovoltaïque.

Les promesses du film photovoltaïque transparent de SunPartner Technologies, qui est capable de transformer n’importe quel support en surface autoproductrice d’électricité d’origine lumineuse, n’en finissent pas de séduire les investisseurs. Après Crédit Agricole, Eurowatt Partenaire, Davanière Capital, Gravitation et plusieurs dizaines d’investisseurs individuels venus assister, vendredi dernier, à l’assemblée générale des actionnaires, l’entreprise aixoise vient d’accueillir Sigma Gestion à l’occasion de sa sixième levée de fonds. Bouclée en deux tranches, dont la première à 3,1 millions en janvier dernier, cette augmentation de capital dépasse, avec 9,8 millions d’euros, l’objectif initial fixé à 8 millions. Depuis sa création en 2008, la société présidée par Ludovic Deblois, l’un de ses cofondateurs, a donc mobilisé, à ce jour, 19,9 millions d’euros de fonds privés.

F322C3B74D307CDC21C726DFF8CC

Bijou technologique

Après avoir adapté une salle blanche de la microelectronique pour y réaliser des prototypes et des préséries industrielles, SunPartner Technologies a maintenant besoin de renforcer sa stratégie de propriété intellectuelle. Bien que la société possède déjà 42 brevets, le nombre d’applications potentielles de sa technologie ne cesse de s’élargir, par exemple dans l’affichage publicitaire, la signalétique, le bâtiment ou l’étiquetage électronique des prix dans la grande distribution, contrôlé par Lifi, une nouvelle technologie qui transmet l’information à très haut débit, non plus par des ondes radio, mais à travers la lumière.
Pour l’heure, SunPartner Technologies, dont l’effectif actuel est de 40 personnes, s’attaque au marché de la téléphonie mobile avec quatre acteurs du secteur, dont Atelier Haute Communication associé à TagHeuer, qui commercialisera son premier smartphone photovoltaïque, en juillet 2014. Dévoilé début avril, le prix de ce bijou technologique atteindra tout de même plusieurs milliers d’euros.

Retrouvez l’article de Paul Molga 

SunPartner transforme les vitrages en panneaux solaires (Les Echos)

Après les panneaux d’affichage et les smartphones, SunPartner s’attaque au marché des vitrages pour les transports et l’habitat. La start-up aixoise a présenté mercredi, à Paris, sa dernière technologie, Wysips Glass, qui permet de transformer une vitre ou un hublot en panneau solaire transparent. Le principe de base est le même que celui qu’elle a inventé pour transformer les écrans des smartphones en source d’énergie. « Nous utilisons des matériaux photovoltaïques classiques, nous les transformons en microstructures et nous les rendons invisibles », explique Ludovic Deblois, cofondateur et directeur de SunPartner. Rien de magique là-dedans, mais une astuce venue de l’optique : c’est un réseau de microlentilles qui dévie la lumière pour masquer une fine grille composée de silicium.

Film polarisant

Le verre ainsi produit, d’une épaisseur de 500 microns, offre une transparence allant de 60 % à 90 % et un rendement moyen de 30 W/m2. C’est trois fois moins qu’un panneau solaire classique, mais suffisant pour alimenter de petites fonctions. Le premier produit, développé avec l’équipementier aéronautique rhônalpin Vision Systems, est un hublot qui s’obscurcit à la demande grâce à un film polarisant autonome en énergie.

Les vitres photovoltaïques de SunPartner pourraient également servir dans des immeubles, par exemple pour alimenter un store roulant ou un système d’éclairage. En revanche, le système ne produit pas assez d’électricité pour la redistribuer dans le bâtiment ou sur le réseau. La société, qui proposera sa solution sous licence, estime que la production de vitrages de 1 m2 sera possible à l’horizon 2015.

Source : Les Echos – Benoît Georges – 11/10

 

Réussite: Comment la PME SunPartner a conquis le géant chinois de la téléphonie mobile (Les Echos Business)

Le groupe chinois TCL va intégrer la solution de production autonome d’énergie dans ses portables. La PME d’Aix vient de lever 2,1 millions d’euros auprès du Crédit Agricole.

Bientôt la fin des chargeurs pour les smartphones de TCL Communication ? Après deux autres producteurs, le géant chinois de la téléphonie mobile classé numéro sept mondial, vient de signer une demande de test d’intégration du film solaire souple et transparent mis au point par la société aixoise SunPartner. « Ses équipes d’ingénierie vont évaluer notre technologie à des fins de production sous licence au premier semestre 2014 », indique Ludovic Deblois, président-fondateur de cette start-up considérée comme une des plus prometteuses des nouvelles technologies de l’énergie (NTE) solaire. Si les tests sont concluants, le film trouvera place sur plusieurs millions d’appareils haut de gamme vendus sous les marques TCL et Alcatel One Touch.

Pour se rendre quasiment invisible à l’œil, la technologie de SunPartner baptisée Wysips (« What You See is Photovoltaic Surface ») se fonde sur un réseau de microlentilles assemblées sur une couche mince photovoltaïque qui peut être intégrée sur ou sous l’écran tactile. Connecté à une puce qui convertit et gère l’électricité produite à partir de la lumière du jour, le film peut recharger l’appareil en quelques heures. Le composant est bon marché, moins d’un euro pièce, ce qui permet de réduire de 20 % la taille de la batterie.

33 brevets déposés par la PME !

Créé en 2009, le groupe a déposé 33 brevets pour protéger son invention et levé 9,1 millions d’euros en cinq manches. Le dernier – d’un montant de 2,1 millions d’euros – a été conclu ces jours-ci avec notamment le Crédit Agricole, la Société Photovoltaïque de l’Est et des « business angels » de renom, tels que Jean-Pierre Gloton, cofondateur de Gemplus. Une nouvelle augmentation de capital de 8 millions d’euros sera souscrite d’ici à mars prochain pour accompagner les développements internationaux et financer l’installation d’une ligne pilote pour la fabrication de préséries.

SunPartner vise un marché de près de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici à 2015. A cette date, l’industrie mondiale devrait produire 570 millions de smartphones dont la moitié au moins sera équipée d’un écran tactile, contre environ 10 % aujourd’hui. « Le film solaire leur sera indispensable », estime Ludovic Deblois.

Le nomadisme ne sera pas son seul marché. « Notre technologie trouve un débouché partout où se justifie le besoin d’une solution sans fil autonome en énergie, poursuit le patron, signalétique, affichage publicitaire, vitrage intelligent… », ajoute-t-il. La PME vient de signer un premier accord de licence dans ce domaine avec l’équipementier aéronautique Vision Systems, qui prévoit la mise au point d’un vitrage auto-obscurcissant pour les hublots d’avions, et serait sur le point de signer avec Schneider Electric un contrat de codéveloppement d’appareils autonomes pour le bâtiment comme les détecteurs incendie ou les thermostats.

Source: Paul Molga, Correspondant à Marseille pour Les Echos Business

Ludovic Deblois (SunPartner) Sur BFM Business

Le créateur français Ludovic Deblois vient de recevoir, le 1er février, le prix du « Nobel Sustainability Supported Clean Tech Company 2013″ décerné par la famille Nobel. Celle-ci souhaite par ce titre « encourager l’action plutôt que les délibérations afin d’accélérer la transition vers le développement durable et d’assurer la mise en œuvre de projet soutenable sans plus tarder ».

Le lauréat était l’invité, ce lundi 4 février, de Good Morning Business. « Révolutionner notre quotidien » : c’est le pari du président de Sunpartners et de Wysips (What You See Is Photovoltaïc Surface). Ludovic Deblois explique, qu’il a mis au point « un composant en verre, transparent, qui peut se déposer sur n’importe quelle surface (écran de téléphone, façade de bâtiment …) et qui transforme ce support en surface autoproductrice d’énergie issue de la lumière, naturelle ou artificielle ».

Il prend l’exemple d’un téléphone portable. « Le composant sera complétement intégré à l’écran et va apporter de l’énergie. Il pourra éviter que le téléphone tombe en passe, dans les pays où la lumière est peu abondante. Dans les pays du Sud, l’exposition à la lumière va permettre au téléphone de se recharger tout seul ».